Addiction | Valais

F D
Medias Liens Dons
La Fondation La Prévention Les Prestations

1. Quel joueur êtes-vous ?

1.1 Les différentes classifications

Le jeu récréatif

Il est considéré comme un simple divertissement. Les joueurs ne mettent pas en danger leurs finances et acceptent de perdre de l’argent sans tenter de « se refaire ».

Le jeu problématique

Il devient problématique lorsque la pratique de ce dernier entraîne des conséquences négatives (problèmes financiers, familiaux, professionnels, sociaux, psychologiques). Il peut y avoir une augmentation de l’argent utilisé pour le jeu et une tendance à miser des sommes plus importantes plus souvent.

Le jeu excessif / pathologique

Il est considéré comme une addiction. Le plaisir se transforme en besoin et le désir de « se refaire » est omniprésent après avoir perdu malgré les conséquences négatives pour la personne et ses proches.

2. Qu’est-ce que le jeu excessif ?

2.1 Définition

Le jeu excessif touche entre 75'000 et 120'000 personnes en Suisse. On estime le nombre de joueurs pathologiques en Suisse à 34 900 (0,5 % de la population de plus de 15 ans) et celui des joueurs problématiques à 85 700 (1,5 %).

Si l’on se base sur le Valais et que l’on considère la population de plus de 18 ans, nous pouvons évaluer le nombre de joueurs pathologiques à 1'380 et celui des joueurs problématiques à 4'140.

2.2 Des prédispositions ?

Il n’existe pas de profil-type de joueur excessif. Il peut toucher tous les âges et toutes les catégories sociales de la population. Toutefois, les statistiques indiquent que les problèmes de jeu excessif se manifesteraient plus fréquemment chez des personnes de sexe masculin, jeunes, avec un statut socio-économique modeste, séparées ou divorcées et présentant des traits impulsifs.

2.3 Quels sont les signes ?

Le joueur :

  • est préoccupé par le jeu
  • a besoin de miser de plus en plus d’argent
  • devient nerveux, irritable, agressif lorsqu’il essaie d’arrêter de jouer
  • n’accepte pas de perdre de l’argent et joue pour « se refaire »
  • joue pour s’évader de ses problèmes
  • emprunte de l’argent
  • ment à son entourage
  • ne paie plus ses factures
  • contracte des crédits
  • se sent de plus en plus stressé, déprimé, angoissé, souffre d’insomnie, de maux de ventre ou de tête
  • a du retard ou manque son travail
  • commet des activités illégales
  • etc

Les signes mentionnés ne sont pas forcément tous présents mais plus le nombre de signes est élevé, plus il est probable que la personne ait un problème de jeu excessif.

2.4 Conseils et recommandations pour les proches d’un joueur

Les conséquences pour les proches peuvent être importantes. Il est connu que le jeu excessif entraine des conflits conjugaux, familiaux, sociaux qui se traduisent par des mensonges, des problèmes de communication, des absences, et parfois de la violence.

Conseils pour l’entourage :

  • Assurer sa sécurité financière (faire l’état des lieux des finances, éviter les prêts, faire bloquer un compte, ...)
  • Faire part de son inquiétude à la personne concernée, discuter des conséquences du jeu excessif sans juger pour comprendre la situation
  • Communiquer et exprimer ses attentes de manière claire
  • Soutenir la personne concernée mais fixer des limites (ne pas prêter d’argent ni payer des dettes à sa place, essayer de rendre attentive la personne à ses responsabilités
  • Contacter des professionnels pour obtenir des conseils et un soutien.

3. Besoin d’aide ou de conseils ?

3.1 Pour les joueurs et leurs proches

Vous pouvez obtenir de l’aide ou des conseils auprès de :

Addiction|Valais :

  • Centre Monthey : Château-Vieux 3B, 1870 Monthey, tél. 024 472 51 20
  • Centre Martigny : Rue de la Poste 12, 1920 Martigny, tél. 027 723 60 66
  • Centre Sion : Rue du Scex 14, 1950 Sion, tél. 027 327 27 00
  • Centre Sierre : Général-Guisan 2, 3960 Sierre, tél. 027 456 22 77
  • Centre Visp : Bahnhofstrasse 17, 3930 Visp, tél. 027 948 49 00

Caritas Valais : www.caritasvalaiswallis.ch

Service de désendettement

Ligne romande d’aide sur le jeu problématique : 0800 801 381

De votre médecin généraliste, d’un psychologue ou de tout professionnel du domaine social ou de la santé